La géocriminologie en contexte de gang-stalking

Nicolas Desurmont

Abstract


De nos jours, il est devenu impossible d’étudier les filatures comme on les pratiquait avant la naissance de la triangulation et de la radiogoniométrie, les observations satellitaires, les communications radios, etc. En effet, l’usage de la radiogoniométrie et de d’autres techniques similaires par les services des renseignements généraux et les forces de l’ordre biaisent aujourd’hui fortement l’analyse des filatures de ces organes en ayant recours qu’à l’analyse topologique et la
géocriminologie. Le présent texte est une version abrégée d’une étude plus complète sur la représentation de l’espace criminel et sur la topographie policière par l’analyse des
techniques de filature et de traçabilité. Il cherche à élargir le champ de l’activité de la police scientifique de telle manière à mieux diagnostiquer une série d’infractions impliquant des techniques de poursuites. Bien que beaucoup d’infractions nécessitent, pour être commises, la pratique de techniques de poursuite, c’est essentiellement en se basant sur des infractions telle la recherche et la poursuite, le stalking et le harcèlement moral en réseau (ou harcèlement organisationnel) que nous avons pu énoncer les principes de la victimisation organisationnelle.

Keywords


Géocriminologie; Analyse du renseignement ; Filature (technique); Délinquance en réseau et crime organisé

Full Text:

PDF


International e-Journal of Criminal Science: www.ehu.es/inecsISSN: 1988-7949

Indexed in REDIB (CSIC), DIALNET, LATINDEX and more databases, please see the Abstracting/Indexing section for details. 

Visit the complete collection of articles published in the section ARCHIVES. Contact the INECS Editorial Team: inecs@ehu.eus